Traitement et prévention du sportif

Quelle est la vision de l’ostéopathie

Le rôle de l’ostéopathe est de déterminer et de traiter les restrictions de mobilité. Celles-ci altèrent le fonctionnement des différentes structures composant le corps humain. L’approche de l’individu se veut globale. Du fait de l’évidente interaction des différentes parties et structures du corps entre elles (La somme des parties n’est pas égale au tout). Ainsi la personne n’est jamais considérée comme une pathologie, ou une articulation en souffrance mais bien comme un individu (en souffrance ) dans sa totalité.

Partant de là, l’ostéopathe estime que toute perte de mobilité d’une articulation, d’un muscle, ligament ou d’un viscère peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. Par la suite arrivent les symptômes.  Il s’agit Chez le sportif de la tendinite, la contracture ou la crampe. Mais également la perte des sensations d’un geste pourtant appris et acquis. Ou bien encore une fatigue chronique et une moins bonne capacité de récupération. Dans tout les cas l’athlète ressent une diminution de la performance.

Le rôle de l’ostéopathe est alors, dans le cadre du suivi de l’athlète, de réquilibrer les structures articulaires, les tensions musculaires, fasciales (enveloppe du muscle) et de restaurer une mobilité correcte. Le but est de rendre à l’organisme une fonction optimale (locomotion, récupération, digestion et élimination, capacité de concentration..).

Voici une petite liste de troubles, douleurs et pathologies devant vous inciter à faire  un petit bilan… :

– douleurs articulaires diverses
– tendinites (épicondylites, pubalgies, talalgies, tendinite du sus épineux..)
– tension musculaire cervicale, torticolis, lumbago
– fatigue, difficulté à récupérer..

L’enfant sportif

Chez l’enfant qui se destine au sport intensif et à la compétition, la notion d’équilibre et d’harmonie est indispensable. Il s’agit de ne pas perturber les capacités de récupération, la qualité du sommeil qui interviennent dans le développement et la croissance.

La nature veut que la croissance ne se fasse pas de façon symétrique dans l’espace et dans le temps. Toutefois elle reste globale.

La pratique d’un sport à haute intensité peut entraîner des tensions asymétriques qu’il est bon de corriger par un suivi. Le travail visera toujours à donner la possibilité à l’organisme de se développer en temps voulu de façon harmonieuse.

Tout ces éléments ne dépendent pas de la seule compétence de l’ostéopathe mais bien de celle d’une équipe pluridisciplinaire (kiné, podologue, orthodontiste, psychologue, préparateur physique et entraîneurs bien sûr !). Chaque intervenant doit dialoguer et travailler à l’unissons.

Ceci est valable pour l’enfant en développement comme pour le sportif d’âge plus avancé ! Il faut donc garder à l’esprit que lorsque l’on fait du sport il ne faut pas seulement se soucier de son état de forme quand survient un traumatisme ou une blessure.